Hello guys ! Petit compte rendu concernant cette première de Heroes of Normandie. Le plus difficile dans ce jeu ce n’est pas ce dernier lui-même mais la lecture de ses règles. Déjà, il faut oublier le livret qui se trouve dans la boîte de base. Direction le net pour télécharger la version 1.1 qui nous propose la version décoquillée. A l’intérieur du petit bouquin, chaque petite tête de cochon nous indique un clarification ou un changement. Et des petites têtes de cochon, bah y’en a paquet ! Un élevage ma pauv’ dame, vous auriez dû voir ça ! Bon, en gros, il faut passer par là pour jouer… Je ne m’étends pas sur la façon de présenter le livret qui reste assez peu avenante malgré de gros efforts de mise en page sympathique et pleines de caricatures d’acteurs de films de guerre.  Enfin tout cela nous rappelle que c’est du wargame, certes grand public, mais du wargame quand même et qu’on est pas là pour vendre des cravates ou encore beurrer des tartines. Bien entendu, le cap est loin d’être infranchissable et une fois fait lors de l’installation du premier scénario, on comprend un peu mieux les choses que l’on a lu. Ici, hors de question de tout connaître, puisque dans ce premier opus, on ne joue qu’avec très peu de troupes donc peu de règles spéciales et pas de mauvaise surprise de contradiction. La mise en place est assez rapide et la partie dure moins d’une heure en temps réel. Plus complexe qu’un Mémoire 44, Devil Pig réussi cependant le pari de nous livrer un wargame carton riche proche d’un classique tout en restant accessible au plus grand nombre et disons-le, aux plus jeunes. La deuxième guerre mondiale est ici relookée façon films des années 70 sur le thème éponyme et le sergent seul est un sacré larron qu’on aura du mal à descendre. Le jeu porte donc bien son nom et chaque armée a ses héros costauds. La mécanique est fluide et plein de rebondissements grâce aux cartes tactiques puissantes qui peuvent permettre certains changements radicaux même en cas de grosses pertes. Le système permet de renouveler sa main facilement ce qu’il ne faut pas hésiter à faire pour trouver les bonnes cartes qui correspondront à la stratégie choisie. Le jeu est donc riche, très riche et se veut exclusif ce qui pour ma part pose évidemment un problème, ne pouvant me consacrer qu’à lui. Tant pis, j’y rejouerai tant que je pourrai parce que moi, les p’tits gars, ça m’a vachement plu !