J’ai acheté ce petit jeu japonais essentiellement attiré par les illustrations et les quelques retours que j’avais pas eu en lire. Règles lues aussitôt (5 minutes), joué dans la foulée. C’est une nouveauté qui fait partie de dit la vague actuelle des jeux avec une boite quasi vide et trois règles « minimalistes », dont la voie a été ouverte ces derniers temps avec Love Letter (du même auteur), Complot ou encore Mascarade (qui porte assez bien son nom). Ici c’est un jeu uniquement à deux, dans lequel les joueurs ont chacun un set de sept cartes identiques et numérotées qui représentent chacune un des membres de notre clan de rats (on est dans une esthétique type clans écossais à la Braveheart, d’où le jeu de mot j’imagine). C’est très simple. Chacun choisit une de ses cartes, la retourne quand c’est fait, celle de plus grande valeur remporte le pli. Il faut gagner quatre plis pour gagner une partie. Et c’est tout. Petite subtilité : chaque carte personnage a un pouvoir spécial qui met à mal cette règle de base. Par exemple, la carte de valeur la plus forte, Le Prince, perd instantanément la partie si la Princesse, de valeur 1, est jouée face à lui. Autre exemple, Le capitaine, valeur 6, donne +3 en valeur à la carte que vous jouerez au pli suivant. Bref, je pense que vous avez tout compris, c’est rapidement guessing, contre guessing (Ne me dites pas que vous ne connaissez pas ces termes, le monsieur les a expliqués!) et autres entourloupes. Personnellement, j’ai enchaîné les parties (5-10 minutes chacunes) avec délectation, j’y ai retrouvé le plaisir unique de ces petits jeux qu’on joue rapidement au comptoir d’un troquet, une blonde à la main, un sourire en coin, lors d’une fin de journée ensoleillée. Quand le Japon rencontre la belote de comptoir…