Asante est jeu de cartes nous emmenant faire du commerce en Afrique. Il est prévu uniquement pour deux joueurs. Le principe mécanique se base sur une pioche de cartes dont certaines permettent le commerce (achat et vente de marchandises diverses comme le thé, le tissu, etc… : 6 au total) et d’autres amènent des pouvoirs permanents ou instantanés. Chaque joueur a, lors de son tour, 5 actions pour exprimer le jeu qu’il possède dans ses mains. La mécanique repose sur deux phases qui doivent obligatoirement être jouées dans l’ordre et une fois la première terminée, on ne peut y revenir. On pourra donc piocher des cartes (une par action) que l’on défaussera ou non et, par la suite, lorsque le joueur le décide et si il lui reste assez d’actions, jouer des cartes (en général, jouer une carte ou un pouvoir de carte déjà en jeu demande une action). Il faut retenir que lors de la première phase (la pioche de carte), on ne peut au final qu’en garder qu’une dans son jeu. En d’autres termes, dès lors qu’une carte nous satisfait, on passe à la phase jouer des cartes. Le premier joueur à atteindre 60 pépites d’or (soit les points de victoire) met fin à la partie (et la remporte le plus souvent mais pas toujours…). Asante propose donc différentes difficultés : tout d’abord nos pépites et donc points de victoire doivent être régulièrement réinvestis afin d’acheter diffrentes marchandises qui seront revendues par la suite. Il y a notion d’investissement et comme dans tout investissement, il faut que ce soit rentable. Et pour que ce soit rentable, il va falloir être capable de piocher des cartes et là, mes pauv’ enfants, c’est pô facile ! Et oui, autant certains objets vont permettre de rafraîchir notre main, autant d’autres vont permettre à l’adversaire de casser nos combos, ne permettant pas de faire décoller notre chiffre d’affaire. Tout ça est très tactique et opportuniste mais les pouvoirs des cartes proposées et la probabilité de les piocher sont très bien dosés tout comme les combos bien pensées ce qui rend Asante très fluide et agréable à jouer. Pour ma part, c’est une vrai fausse première partie car Asante est en quelque sorte le remake de Jumbo (avec quelques extensions de ce dernier ajoutées d’office) auquel j’avais joué il y a quelques années. J’ai beaucoup aimé, le thème est présent notamment grâce aux très belles illustrations des cartes réalisées par M. Menzel et le jeu est très fluide ce qui donne tout de suite envie d’enchaîner une seconde partie. Globalement, malgré l’opportunisme proposé, il n’y a pas la sensation de subir le jeu. Il est ainsi possible de se sortir de mauvais pas (ou plutôt de mauvaises mains) assez rapidement. Ceci étant, cela reste un jeu de pioche et il se peut que cette dernière soit capricieuse au point de tomber exceptionnellement sur une mauvaise partie ne proposant pas de solution de secours… Quelque part, Asante me fait beaucoup penser à Magic the gathering : son mécanisme global propose, par exemple, des cartes d’interruption jouable durant le tour actif de l’adversaire ainsi que les pouvoirs et les combos qui peuvent être amenés par des objets, des personnages ou des animaux. En écrivant ces lignes, j’y ai déjà rejoué et y rejouerai encore.