Sorti tout droit des profondeurs de Bombyx (l’éditeur), Abyss…
Abyss a fait un buzz ENORME sur internet, vraiment ! Sans exagérer. Quand il est sorti pas moins de 5 couvertures de boîtes différentes nous étaient proposées. Un teasing de longue date très centré sur le look du jeu, son atmosphère, son matériel avait été effectué. Alors me voilà devant la bête : la boîte bleue . Nous sommes quatre. Matthieu nous explique le jeu. A priori rien d’exceptionnel au niveaux des mécanismes qui me rappellent entre autre ceux des Aventuriers du rail : on essaye de réunir les bonnes combinaisons de cartes de couleurs afin d’acheter des seigneurs (liaisons) qui nous permettent d’atteindre des lieux (objectifs). Pour ce faire, à chaque tour, trois actions nous sont proposées notamment une d’enchères très simplifiées, une autre de prise de carte directe et enfin une d’achat de seigneurs avec des pouvoirs particuliers (ce qui, ici, se détache complètement des Aventuriers du rail).
Cette partie a manqué clairement de rythme : Abyss étant un jeu moyen léger qui appel à une jouabilité rapide pour ne pas trop tourner en rond. Ceci étant, l’objectif de l’immersion est atteint car le design se veut très artistique et visuel même si je trouve que le plateau est un poil trop sombre. Mais alors pourquoi un tel buzz ? Ce jeu reste relativement classique et n’apporte pas grande nouveauté. De ce fait, je m’attendais à un truc complètement dingue ! Et au lieu de ça, je me trouve face à un jeu somme toute simple et efficace mais sans plus. J’irai même jusqu’à dire que je n’ai pas été très convaincu. Certes, il est rapidement pris en main et convient bien à un public non averti et c’est là, pour moi, son principal avantage. J’imagine maintenant le même jeu mais avec un thème beaucoup moins fantasque que celui des profondeurs fantasy : serait-il aussi bien accueilli ? Très honnêtement, je ne pense pas. Une fois de plus, Bombyx a fait un travail de com’ énorme autour de son bébé (je pense également aux Bâtisseurs du moyen-âge qui est un jeu de gestion de ressources excellent parce qu’il est dans une petite boîte…) mais par ce buzz, ma déception est tout aussi grande. Alors oui, je rejouerai à Abyss pourquoi pas. Le jeu est bon mais sans plus et pas autant qu’on a pu le lire ailleurs. Méfiance donc au sur encensement de certains éditeurs. Avec moi, Abyss ressortira principalement devant son public, celui de la bibliothèque, à condition que ce dernier ne préfère les jeux de trains.